Auteur Sujet: Et in Arcadia ego : station de test J.A.M.M.A. et J.V.S.  (Lu 4064 fois)

Hors ligne Braintrash

  • Accro
  • *
  • Messages: 283
    • Voir le profil
Et in Arcadia ego : station de test J.A.M.M.A. et J.V.S.
« le: Lundi 26 Mai 2014, 20:48:45 pm »
  • J'ai hésité avant de poster dans cette section, mais comme il ne s'agit pas d'un projet MAME et que je m'inspire plutôt des designs occidentaux (donc, en partie européens), il me semble donc que ce soit le choix le plus pertinent.
    Edit : finalement, ça va quand même en MAME. :-[



    Quiconque s’investit dans l’arcade au-delà de M.A.M.E. va forcément être amené à mettre en pratique, voire à acquérir, certaines compétences en matière de bricolage. Paradoxalement fragiles alors qu’ils ont amenés à fonctionner dans des conditions difficiles, ces jeux sont en effet prompt à des pannes aussi diverses que variées, qui peuvent aller du simple problème de tension — cas le plus fréquent — jusqu’à des composants défectueux, en passant par tous les bricolages plus ou moins heureux qu’ils ont pu subir.
    Or, tester et réparer un circuit imprimé en utilisant une borne d’arcade est loin d’être pratique, en plus d’user prématurément, du fait des nombreuses mises sous tension, un matériel non seulement coûteux, mais également de plus en plus difficilement remplaçable. En outre, l’outillage nécessaire n’a pas vocation à rester près de ladite borne, même si certains y trouveront une idée de décoration digne de Valérie Damidot.
    D’où la nécessité de disposer d’une station de test, facilement transportable, réparable et renouvelable, qui trouvera aisément sa place dans un atelier tout en étant suffisamment solide pour ne pas subir un environnement forcément moins avantageux qu’un salon ou une salle de jeux privée. En outre, elle devra être raisonnablement universelle pour permettre de tester sans effort la majorité des cartes du marché, des plus anciennes aux plus récentes.
    J’ai décidé de résoudre ce problème en deux temps, tout d’abord en réfléchissant au châssis de la station puis en mettant au point un circuit électronique à la fois simple et efficace.

    I Le châssis.

    A. Le choix.

    Après avoir très rapidement écarté l’idée d’une borne dédiée, j’ai pensé utiliser un panneau de commande Taito Vewlix L 1L7B dont je n’avais pas l’usage, allant même jusqu’à envisager l’utilisation d’une base complète qui m’aurait permis d’aller jusqu’au bout du concept du Sega HSS-0130. Mais la solution confinait à l’absurde (autant prendre une borne complète) et nécessitait tellement de travail et de modifications que le jeu n’en valait pas la chandelle.

    Toutefois, même si je n’allais pas aller jusqu’à acheter une borne complète pour tester mes cartes, un écran restait indispensable et, au point où j’en étais, autant ajouter un jeu complet de commandes. En outre, la station ayant vocation à rester dans mon atelier, par définition poussiéreux, la protéger dans un coffret ne relevait pas du luxe ostentatoire, bien au contraire.

    D’où mon idée d’intégrer le tout au sein d’un bartop, la solution à mi-chemin entre la borne complète et la disposition du matériel à même l’établi. Ce n’est pas un concept qui me tient particulièrement à cœur, même si je me souviens d’une très plaisante partie de Flash Gal sur un équipement de ce genre, mais force est d’admettre que l’objet permet de protéger le matériel électronique tout en restant transportable et en conservant une grande facilité d’utilisation.

    Sauf que dernièrement, l’arcade est à la mode et qu’au milieu des quelques bonnes volontés, beaucoup de rapaces essayent de s’approprier malhonnêtement le (fruit du) travail d’autrui en leur proposant des produits médiocres à des prix inversement proportionnels à la qualité. Et, ironiquement, une bonne partie du matériel sélectionné vient de personnes pas forcément au-dessus de tout soupçon, mais tant pis : j’ai privilégié le rapport qualité/prix au détriment des rumeurs, me concentrant sur mes expériences passées.

    De fait, je sais parfaitement que la personne derrière Arcade Forge est controversée, mais je me contente de voir que l’individu en question, à qui j’ai déjà acheté un SLG-3000, ne m’a jamais escroqué ou menti et que, globalement, l’individu travaille bien et le contact est agréable et sans prétention : quand il ne connaît pas la réponse à l’une de mes questions, il me le dit sans détour, ce que j’apprécie fortement. Qui plus est, son kit est parmi les moins chers, avec une finition correcte qui n’est pas pire que ce que l’on peut trouver chez Ikea et une conception plus au fait de la réalité du quotidien que les autres offres du marché. N’étant pas menuisier, j’ai donc utilisé sa solution.

    B. La décoration.

    Pour la décoration, et parce qu’un bartop est plus dans l’esprit arcade occidental que japonais, j’ai voulu rester fidèle à la philosophie Jeutel, pour l’usage du bois et la culture du bricolage. J’ai donc utilisé une peinture à l’huile de type glycérophtalique, en finition noire satinée, que j’ai un peu surchargée au niveau des deux couches afin de retrouver le toucher caractéristique de ces bornes-là (ou tout du moins : le souvenir que j’en ai).

    Je suis par contre resté sobre au niveau des couleurs, me contentant de quelques pointes de rouge (au niveau de l’auvent, des liserés, de la boule du levier et des boutons), l’intérieur restant quant à lui blanc par souci de clarté.

    Cela a deux avantages. D’une part, cela m’évite de m’enfermer dans un thème trop étriqué et de devoir choisir un jeu en particulier parmi tous ceux que j’aime. En outre, cela ne correspondrait pas à l’esprit à la fois de la station de test — forcément de nature anonyme — et de Jeutel dont les bornes étaient génériques. Enfin, mais cela relève plus d’un plaisir personnel que d’un gain avéré, cela me permettait d’insérer une citation latine assez peu connue en dehors des cercles érudits : et in Arcadia ego, locution exprimée par la Mort et signifiant « Même en Arcadie, j’existe ».

    La référence est double, puisque l’Arcadie est traditionnellement le pays des délices, mais c’est aussi le nom communément associé aux jeux qui m’intéressent. Pourtant, la filiation est loin d’être évidente, car à l’origine, le mot arcade vient du latin arcus (l’arc), qui a donné au XVIe siècle l’occitan arcada (l‘arche).

    De fait, une arcade est à l’origine une succession d’arches, dont l’utilisation a débouché sur la création au XVIIIe siècle des marchés couverts (les shopping arcades), dont l’utilisation s’est tout naturellement diversifiée avec notamment, à la fin du XIXe siècle, les amusement parlors (les salons de divertissement) qui ont évolué en penny arcades (salles de jeux), un terme péjoratif utilisé dès les années 1905-1906 pour désigner les nouvelles machines à sous — dont le représentant le plus célèbre reste le fameux « bandit manchot », encore très présent dans les casinos —, accusées par les réformateurs urbains d’alors de corrompre moralement la jeunesse. Le terme est resté avec l’apparition progressive des jeux électroniques, dont le premier représentant fut le Money Honey (1963) de Bally qui, de par son important succès, a ouvert la voie aux jeux vidéo qui ont par ailleurs repris les différents châssis des machines à sous, dont le format bartop.

    Bien évidemment, les arcades n’ont aucun rapport avec la première occurrence connue du mot Arcadie (du Grec Arkadia), qui désignait à l’origine une région de la Grèce dont la capitale était Megalopolis, puis, au XVIIe siècle, des cercles de discussion « pirates » créés en réaction aux Académies, cercles « officiels » et réservés à certains privilégiés. Parallèlement, le Guerchin et Poussin ont réalisé des tableaux reprenant la mythologie de l’Arcadie en temps que pays de l’Âge d’or, s’appuyant sur la fameuse locution et in Arcadia ego.

    (Ce qui donne d’ailleurs à l’Arcadia du capitaine Harlock sa signification double de paradis — entre deux combats, chaque membre de l’équipage vit comme il l’entend, ce qui est la fondation même du bonheur — et de bastion rebelle combattant un ordre élitiste.)

    Je passerai très rapidement le cas d’Olympus no Tatakai (The Battle of Olympus en Occident), sorti sur la Nintendo Famicom en 1988 et dont le lieu de départ est l’Arcadie, pour m’intéresser au second tableau de Poussin, qui met l’accent sur la tradition héritée de Pline l’Ancien, selon laquelle l’ombre du berger — que ce dernier circonscrit de son doigt — est la première image de l’histoire de l’art. Or, l’ombre — dont le ton naturel tend vers le noir — est également le symbole de la Mort, d’ailleurs grassement symbolisée dans la première version par un crâne posé sur la tombe. Ce qui signifie que l’art serait la première réponse de l’Homme à la découverte de sa finitude et, par extension, que l’art défie la mort ; à l’instar de la Mort, l’art est aussi en Arcadie.

    Or, toute l’équation des jeux d’arcade repose sur l’équilibre entre le temps de jeu accordé avant la fin — la mort — de la partie (le game over) ; trop court, le jeu n’est pas intéressant pour le joueur, trop long, le jeu n’est pas rentable pour l’exploitant. En outre, de même que le jeu vidéo est de plus en plus communément accepté en tant qu’art, certains joueurs sont eux-mêmes considérés comme des artistes, voire des sportifs, et il n’est pas rare de saluer un beau jeu ; comme en sport, une belle action peut ainsi être considérée comme de l’art. L’Arcadie électronique perpétue donc le combat de l’art contre la Mort, tant durant les parties que lors des réparations des cartes, où l’on ressuscite une carte morte, par suicide ou accident, voire tout par vieillesse ; il s’agit alors d’une seconde vie, d’une continuation (continue).

    II L’électronique

    A. Les composants.

    Forcément, le composant central est un supergun. J’utilise ici le MAK Strike v3 d’Arcade Forge, actuellement le plus évolué du marché, qui dispose entre autres raffinements d’un afficheur de tension pour le 5V. Il est en outre extrêmement polyvalent et s’adapte sans effort à toutes les configurations avec ses borniers à vis permettant d’accéder à tous les signaux qui y transitent. Enfin, j’ai particulièrement apprécié le réglage du signal RGB avec une molette unique, qui rend ce dernier beaucoup plus simple et efficace.

    La partie vidéo est assurée par un moniteur L.C.D. de XX pouces de marque XX, connecté par le biais d’un convertisseur Gonbes CGA/EGA/YUV vers VGA, le GBS 8200 4.0, et d’un Arcade Forge SLG-3000 pour l’ajout des lignes de balayage tandis que la partie audio consiste en deux enceintes reliées directement au supergun.

    Plus intéressante, la partie J.A.M.M.A. de ce dernier est connectée à un Super Dual-Plug, lui-même branché à une rallonge J.A.M.M.A. femelle/femelle qui sortira du boîtier et servira pour les cartes à cette norme, ainsi qu’à un convertisseur Capcom pour les systèmes au format J.V.S.

    Enfin, j’utilise une alimentation arcade de marque Min Hong ainsi que des leviers et boutons de marque Sanwa, en plus de diverses bricoles génériques, telles que des connecteurs sur embase, des pieds pour circuits imprimés, des câbles et des cosses, etc.

    B. Le circuit.

    Le circuit est donc relativement simple :



    Au niveau électrique, le courant arrive par une prise Europa reliée à l’alimentation et au moniteur, la phase et le neutre transitant par un interrupteur alors que la terre est en ligne directe. L’alimentation est reliée à la barre L.E.D. de l’auvent, ainsi qu’au convertisseur V.G.A. et au supergun, qui gère la vidéo, le son, les commandes et les signaux J.A.M.M.A.

    Le son est reproduit par deux haut-parleurs directement connectés au MAK Strike tandis que la vidéo transite donc par le GBS 8200, puis par le SLG-3000 qui se charge donc d’ajouter les lignes de balayages à l’image fournie au moniteur. Les commandes sont quant à elles directement câblées sur le supergun, à l’exception d’un bouton réservé au Super Dual-Plug. Amovible et remplaçable, le panneau de commande est de type 1L7B, avec six boutons d’action et un bouton de joueur. Trois boutons supplémentaires sont situés en façade pour le crédit, le test et le service.

    Enfin, le Super Dual-Plug est donc connecté à une rallonge J.A.M.M.A. en carte 1 et à l’interface Capcom en carte 2. Cette dernière est connectée en entrée à des connecteurs V.G.A., U.S.B. et jack. Deux ventilateurs complètent ces prises arrière afin d’évacuer la chaleur.




    Actuellement, tous les panneaux sont peints, et les deux barres métalliques qui complètent l'auvent sont en train de sécher. Je n'ai pas encore de moniteur ni commandé le matériel Sanwa, mais tout le reste est présent et et l'électronique n'attend plus qu'à être vissée. Le design de l'auvent est prêt et n'attend plus qu'à être imprimé, de même que la lunette de l'écran et le panneau de commande.

    L'ensemble est donc plutôt bien avancé.
    « Modifié: Lundi 03 Novembre 2014, 07:45:35 am par Braintrash »

    Hors ligne Braintrash

    • Accro
    • *
    • Messages: 283
      • Voir le profil
    Et in Arcadia ego : station de test J.A.M.M.A. et J.V.S.
    « Réponse #1 le: Lundi 26 Mai 2014, 21:56:37 pm »
  • Voici quelques photos de la réalisation.


    La couche d'apprêt :



    J'ai profité que mon bureau soit repeint au frais de mes voisins pour occuper l'espace en l'absence du peintre.


    Puis la peinture :



    J'ai laissé 48 heures à l'apprêt — comme indiqué sur la boîte — puis j'ai posé les deux couches de peinture à 24 heures d'intervalle.


    Les liserets :



    Là, j'ai utilisé un tube de colle  de type néoprène pour les deux flancs. J'ai d'abord coupé les liserés en suivant la forme, notant où les courbes se situeraient, puis j'ai taillé en accord, passé un coup d'aspirateur puis de soufflette dans les sillons et enfin, j'ai progressivement laissé la colle couler dans l'interstice puis j'ai inséré le liseré en appuyant. J'avais enroulé un vieux maillot de corps dans du ruban adhésif afin de palier le manque de maillet, mais finalement, j'ai tout enfoncé à mains nues sans aucun problème.


    Les barres métaliques :



    J'ai utilisé une bombe aérosol pour le métal afin de peindre les barres, que j'ai auparavant calées dans une boîte à chaussures. Pour le moment, il n'y a qu'une seule couche et le résultat est déjà impeccable. J'hésite à en mettre une seconde.


    Les vis :



    J'en ai profité pour incruster les vis dans le carton de la boîte à chaussure, de telle sorte que j'ai pu les peindre en même temps que les barres métalliques. Ainsi, ces dernières s'intègreront parfaitement aux barres métalliques et au caches des haut-parleurs. Là aussi, j'hésite à appliquer une deuxième couche tant le résultat est déjà parfait.


    Les composants :



    Ils attendent encore que le châssis soit prêt à les accueillir. Tous ne sont pas sur la photo, je dois nettoyer les autres et en numériser certains au passage.
    « Modifié: Mardi 27 Mai 2014, 17:09:56 pm par Braintrash »

    Hors ligne gc339

    • Game Cheater
    • *
    • Messages: 2310
    • Localisation: Lyon
      • Voir le profil
    Et in Arcadia ego : station de test J.A.M.M.A. et J.V.S.
    « Réponse #2 le: Lundi 26 Mai 2014, 23:23:51 pm »
  • :10: Cela devient de plus en plus rare de trouver des messages pratiquement sans fautes d'orthographes.

    Dans toute cette prose, en première lecture, je n'ai noté que :
    • une confusion entre "ces" et "ses" (à toutes les configurations avec ces borniers à vis)
    • un défaut d'élision (le auvent)

    Pourquoi ne pas avoir utilisé l'hébergeur d'images intégré à Gamoover ?
    Le repos, c'est fait pour les jeunes. Ils ont toute la vie devant eux. J. Gabin/M. Audiard



    Hors ligne Braintrash

    • Accro
    • *
    • Messages: 283
      • Voir le profil
    Et in Arcadia ego : station de test J.A.M.M.A. et J.V.S.
    « Réponse #3 le: Mardi 27 Mai 2014, 07:15:48 am »
  • :10: Cela devient de plus en plus rare de trouver des messages pratiquement sans fautes d'orthographes.

    Dans toute cette prose, en première lecture, je n'ai noté que :
    • une confusion entre "ces" et "ses" (à toutes les configurations avec ces borniers à vis)
    • un défaut d'élision (le auvent)

    Pourquoi ne pas avoir utilisé l'hébergeur d'images intégré à Gamoover ?

    Bon sang !
    Oui, effectivement, ce sont les borniers du supergun, donc "ses". De même, pour l'auvent, les joies du remplacement automatique et de la relecture partielle.
    Etant donné que je suis de la vieille école, j'enlève deux points par faute : 6/10.
    Et merci pour les corrections, je vais mettre à jour après le petit déjeuner.

    Sinon, je n'ai pas utilisé l'hébergeur parce que j'avais déjà utilisé un autre hébergeur et que j'ai posté le texte sur d'autres fora plus confidentiels ; cela me permettait de copier/coller sans trop m'ennuyer et je ne me voyais pas utiliser la bande passante de Gamoover pour d'autres lieux.

    Hors ligne gc339

    • Game Cheater
    • *
    • Messages: 2310
    • Localisation: Lyon
      • Voir le profil
    Et in Arcadia ego : station de test J.A.M.M.A. et J.V.S.
    « Réponse #4 le: Mardi 27 Mai 2014, 13:13:25 pm »
  • II L’électronique

    A. Les composants.

    Forcément, le composant central est un supergun. J’utilise ici le MAK Strike v3 d’Arcade Forge, actuellement le plus évolué du marché, qui dispose entre autres raffinements d’un afficheur de tension pour le 5V. Il est en outre extrêmement polyvalent et s’adapte sans effort à toutes les configurations avec ses borniers à vis permettant d’accéder à tous les signaux qui y transitent. Enfin, j’ai particulièrement apprécié le réglage du signal RGB avec une molette unique, qui rend ce dernier beaucoup plus simple et efficace.

    [couic]...

    Plus intéressante, la partie J.A.M.M.A. de ce dernier est connectée à un Super Dual-Plug, lui-même branché à une rallonge J.A.M.M.A. femelle/femelle qui sortira du boîtier et servira pour les cartes à cette norme, ainsi qu’à un convertisseur Capcom pour les systèmes au format J.V.S.

    Juste une remarque, les soit-disant raffinements du MAK Strike v3 d’Arcade Forge sont dans le schéma communiqué vraiment superflus :
    • Le réglage de constraste RVB fait double emploi avec celui du "super dual plug jamma".
    • L'affichage intégré de la tension est plus décoratif que réaliste car il ne mesure pas exactement la tension aux bornes de la carte de jeu à cause des pertes dans les câbles d'alimentation.
      Un voltmètre indépendant mesurant la tension directement sur les contacts du connecteur jamma eut été plus judicieux.
    Tous ces "bells and whistles" n'apportent rien, un supergun plus économique comme celui de SmallCab aurait tout aussi bien fait l'affaire.
    Le repos, c'est fait pour les jeunes. Ils ont toute la vie devant eux. J. Gabin/M. Audiard



    Hors ligne AsPiC

    • Admin
    • Dieu de l' Arcade
    • *****
    • Messages: 8873
    • Localisation: Les Herbiers (85)
    • Present pour Koh Lanta Retrogaming Party 2069 !
      • Voir le profil
      • Mon compte Instagram !!
    Et in Arcadia ego : station de test J.A.M.M.A. et J.V.S.
    « Réponse #5 le: Mardi 27 Mai 2014, 14:06:17 pm »
  • Sinon, je n'ai pas utilisé l'hébergeur parce que j'avais déjà utilisé un autre hébergeur et que j'ai posté le texte sur d'autres fora plus confidentiels ; cela me permettait de copier/coller sans trop m'ennuyer et je ne me voyais pas utiliser la bande passante de Gamoover pour d'autres lieux.

    Ne te soucie pas de la bande passante et en plus le fait d'utiliser l’hébergement intégré de Gamoover rendra ton WIP plus agréable à lire. ;)

    Hors ligne Braintrash

    • Accro
    • *
    • Messages: 283
      • Voir le profil
    Et in Arcadia ego : station de test J.A.M.M.A. et J.V.S.
    « Réponse #6 le: Mardi 27 Mai 2014, 16:47:13 pm »
  • AsPi
    Ne te soucie pas de la bande passante et en plus le fait d'utiliser l’hébergement intégré de Gamoover rendra ton WIP plus agréable à lire. ;)

    Je viens de mettre à jour.

    Le réglage de constraste RVB fait double emploi avec celui du "super dual plug jamma".

    C'est exact. Mais je ne pensais pas obtenir un Super Dual-Plug, au départ. Finalement, après avoir commandé le supergun, il s'est avéré que certains sont réapparus sur le marché, alors j'ai sauté sur l'occasion.

    L'affichage intégré de la tension est plus décoratif que réaliste car il ne mesure pas exactement la tension aux bornes de la carte de jeu à cause des pertes dans les câbles d'alimentation.

    Comment cette perte se quantifie-t-elle, d'ailleurs ?
    (Je suppose qu'il y a une équation pour le calculer, non ?)

    Sinon, je ne pense pas mettre de seconde couche pour les vis et les barres. Par contre, je vais peindre mon panel en aluminium, cela m'évitera d'utiliser une feuille de papier pour la décoration.
    « Modifié: Mardi 27 Mai 2014, 17:12:56 pm par Braintrash »

    Hors ligne gc339

    • Game Cheater
    • *
    • Messages: 2310
    • Localisation: Lyon
      • Voir le profil
    Et in Arcadia ego : station de test J.A.M.M.A. et J.V.S.
    « Réponse #7 le: Mardi 27 Mai 2014, 21:19:34 pm »
  • Comment cette perte se quantifie-t-elle, d'ailleurs ?
    (Je suppose qu'il y a une équation pour le calculer, non ?)

    La perte ou chute de tension obéit à la loi d'ohm, elle est donc proportionnelle au courant soutiré par la carte de jeu ainsi qu'à la résistance des conducteurs entre l'alimentation et la carte de jeu.
    Dans le cas du schéma présenté, plusieurs tronçons de nature différente compliquent le calcul de cette résistance, liste non exhaustive :
    • Les cosses serties sur les câbles (http://www.molex.com/pdm_docs/ats/TM-640160065FR.pdf).
    • La longueur et la section des câbles.
    • Les points de coupure occasionnés par les connecteurs, les contacts de relais...
    • La longueur et la section des pistes de circuit imprimé, en l'occurrence celles du "Super Dual-Plug"
    En règle générale, la résistance de contact des cosses, connecteurs et contacts de relais est inférieure à celle des autres sections et peut être négligée devant la leur.

    La résistance des pistes de circuit imprimé peut être estimée avec la formule R = (ρ × L) ÷ S (http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9sistivit%C3%A9) dans la mesure où leur largeur reste relativement constante, la section ne dépend que de leur largeur puisque leur épaisseur est standardisée à 35 µm, plus rarement à 70 µm :

    La résistance des câbles peut être calculée avec la même formule, mais elle peut l'être d'une manière plus simple si l'on connait leur résistance linéique normalement spécifiée par la tréfilerie qui les a produis.
    En fait la section et la longueur des câbles sont les seuls éléments sur lesquels un utilisateur peut intervenir pour minimiser les pertes. Donc il ne faut pas hésiter à augmenter leur section en conséquence si l'on ne peut pas diminuer leur longueur.



    D'après les photos du "Super Dual-Plug", la longueur des pistes de l'alimentation 5 volts peut être estimée à une quinzaine de cm pour une largeur de 8 mm. Ce qui équivaut à une résistance de 9,1 mΩ. Ce qui donne une chute de tension de presque 0,1 volt pour un courant de 10A.

    Concernant un prolongateur Jamma comme celui vendu par JammaBoards (http://www.jammaboards.com/store/jamma-extender-harness-jamma-h2.html), ses câbles d'alimentation en fil 20AWG d'une résistance linéique de 33,3 Ω/km et d'une longueur totale de 6 pieds (ou ≈1,83 m) occasionneraient une chute de tension de ≈0,6 volts pour 10 A. Une telle chute de tension est excessive et les fils 20AWG nécessiteraient d'être remplacés par fils souple d'une section supérieure (1,5 mm², 2,5 mm² ou 2 × 1,5 mm²)
    « Modifié: Mardi 27 Mai 2014, 21:31:10 pm par gc339 »
    Le repos, c'est fait pour les jeunes. Ils ont toute la vie devant eux. J. Gabin/M. Audiard



    Hors ligne Braintrash

    • Accro
    • *
    • Messages: 283
      • Voir le profil
    Et in Arcadia ego : station de test J.A.M.M.A. et J.V.S.
    « Réponse #8 le: Mardi 27 Mai 2014, 21:20:59 pm »
  • Superbe, merci beaucoup !
    Je compte de toute façon réaliser des tests une fois le tout monté.

    Hors ligne Braintrash

    • Accro
    • *
    • Messages: 283
      • Voir le profil
    Et in Arcadia ego : station de test J.A.M.M.A. et J.V.S.
    « Réponse #9 le: Mercredi 28 Mai 2014, 22:36:22 pm »
  • Les haut-parleurs avec les vis peintes :



    L'auvent, avec les haut-parleurs et la barre L.E.D. :



    Le bartop est monté :



    Le panneau de commande :


    Hors ligne Braintrash

    • Accro
    • *
    • Messages: 283
      • Voir le profil
    Et in Arcadia ego : station de test J.A.M.M.A. et J.V.S.
    « Réponse #10 le: Jeudi 29 Mai 2014, 18:52:21 pm »
  • Les composants en place :



    L’idée est donc d’avoir le supergun et le Super Dual-Plug les plus accessibles possible. Dans cette configuration, le port 1 du SDP est vers le dos, ce qui est le plus simple puisque les cartes J.A.M.M.A. resteront à l’extérieur du bartop. Egalement, le SDP est directement connecté au supergun.

    Le convertisseur Capcom a été dépouillé de sa coque et posé sur des pieds. J’envisage de le connecter le plus directement possible au SDP (avec, je pense, un double port J.A.M.M.A.) de telle sorte que les trois cartes tiendront d’un seul tenant.

    Enfin, l’alimentation est donc couchée sur le flanc et sera fixée sur la paroi verticale gauche du bartop. Le côté couché correspondant au-dessous du circuit imprimé, je ne pense donc pas qu’il y aura de problème de chaleur, d’autant que l’ensemble est plutôt aéré avec le minimum vital de câblage et deux ventilateurs en extraction.

    Par ailleurs, les plus attentifs auront remarqué que le GBS 8200 et le SLG-3000 ne sont pas présents sur la photo. J’ai en effet décidé de les attacher au dos de la planche qui sert de support VESA au moniteur. Cela me permet de dégager de la place tout en gardant un accès facile à ces deux composants ; en outre, ce regroupement est somme toute assez logique : toute la partie vidéo tiendra là aussi d’un seul tenant, à l’instar de la partie J.A.M.M.M.A.

    Rien n’est encore fixé, ceci dit, et même si je me laisse jusqu’à demain pour laisser l’idée reposer dans mon esprit, je ne pense pas que cela change.

    Hors ligne Braintrash

    • Accro
    • *
    • Messages: 283
      • Voir le profil
    Et in Arcadia ego : station de test J.A.M.M.A. et J.V.S.
    « Réponse #11 le: Samedi 31 Mai 2014, 12:47:08 pm »
  • Après avoir dépouillé mon gardien d'un câble Peritel, j'ai réalisé mon premier test :



    L'écran est un 52". J'ai bien essayé de le rentrer dans le bartop, mais je n'ai pas réussi, alors je l'ai laissé à sa place. ;D

    La connexion est directe entre le supergun et l'écran, aucun réglage n'a été fait, c'est du brut de décoffrage. Tout fonctionne, l'alimentation était bien réglée d'origine, 5.1 sans carte J.A.M.M.A., 5.0 une fois la carte J.A.M.M.A. connectée.

    C'est la première au format J.A.M.M.A. que j'ai achetée et cela me fait d'autant plus plaisir de la voir se lancer du premier coup sans accroc.

    Hors ligne Braintrash

    • Accro
    • *
    • Messages: 283
      • Voir le profil
    Et in Arcadia ego : station de test J.A.M.M.A. et J.V.S.
    « Réponse #12 le: Mercredi 04 Juin 2014, 20:22:50 pm »
  • Une petite mise à jour, pendant que je me bats avec le moniteur et le GBS-8200 :



    La boîte du JLF avec les inscriptions en chinois m’a fait bizarre, mais bon...



    Le panneau est en place, bien que non câblé ; j’attends d’avoir tout fixé à l’intérieur pour m’occuper de cela.
    « Modifié: Mercredi 04 Juin 2014, 20:27:01 pm par Braintrash »